Search Results
DP
Periódico Opción
at Jul 23, 2014 3:47:04 PM
COCINAS DE INDUCCIÓN, IDEA QUE NO RESUELVE LOS REALES PROBLEMAS

Por Mayra Toapanta
 
Con la eliminación del subsidio al gas se pretende dar paso al cambio de matriz energética promovido por el gobierno, a través de la implantación de cocinas eléctricas, que reemplazarán a tres millones de cocinas que funcionan con el hidrocarburo. Este proyectotrae consigosecuelasmuy graves para el país, al limitar el derecho de los sectores populares a tener una vida digna.
 
A partir de la adaptación de las cocinas de inducción los costos en la planilla de luz subirán por cubrir los siguientes “incentivos”: deberá cancelar 6 dólares mensuales por la cocina de dos quemadores, cuyo valor final es de 150 dólares, por la de cuatro quemadores 9 dólares, que representa un valor estimado de 340 dólares, y de cuatro quemadores incluido el  horno 18 dólares, dicho valor  llegará hasta los 700 dólares, cantidades que deberá cubrir en un período de tres años a través de las planillas de luz. Estos, al menos, son los precios referenciales que ha dado el gobierno, pero si revisamos los materiales publicitarios que circulan en los medios impresos, se pueden ver costos que van desde los 500 dólares hasta los 1.285 dólares.
 
Comparando los precios de las nuevas cocinas con las que existen actualmente que varían, en el caso de las cocinetas desde 40 hasta 120 dólares y en el caso de las cocinas desde 300 hasta 600 dólares. Es evidente la diferencia de costos y someterse a dicho cambio, significaría que todos los hogares que han invertido en las cocinas a gas habrían hecho un gasto en vano porque serán artefactos que ya no se utilizarán.
 
Además los utensilios de cocina como ollas, sartenes y cucharas metálicas que se usan habitualmente, tampoco serán útiles; es decir, se tendría que cambiar por completo estos implementos de uso diario, tomando en cuenta que junto a las cocinas de inducción se “regalarán”  únicamente 3 ollas y 1 sartén de acero. En el caso de no cambiar de utensilio, la inducción eléctrica al contacto con las manos y el agua produce electrocución…
El otro “incentivo” consiste en que el Gobierno va a otorgar 100 kilovatios hora al mes, que significaría el consumo de la nueva cocina, y que en cifras representa 9 dólares, todo esto hasta el 2016, y a partir del 2017 ese incentivo se elimina. Para ese entonces, si se pagan esos 9 dólares mensuales, se habría incrementado 6 dólares al presupuesto familiar, que solo invertía 3 en la compra de un tanque de gas. Entonces, como se suele decir: “nada es gratis”.
 
El Director Académico de la carrera de Ingeniería Eléctrica de la Universidad Técnica de Cotopaxi, Víctor Armas explica, “una familia conformada por 5 personas  consumen al mes aproximadamente 300 kilovatios hora, tomando en cuenta que tienen de dos a tres televisores, refrigeradora, ducha, entre otros; esto no significa queestas personas tengan una condición económica buena. A pesar de todo, el incremento en las planillas de luz sería por cubrir el costo de las cocinas e implementos, y por el costo de las nuevas instalaciones, que según la oferta del gobierno las empresas eléctricas tienen la posibilidad de hacer estas instalaciones, pero en realidad quien tiene que pagar es el usuario. Si ahora las familias no tienen 2.50 dólares para adquirir el gas, peor para cubrir esos costos”.
 
Otro de los problemas que, según el experto, se evidencia es que en los sectores rurales donde no hay electrificación como en el caso de la provincia de Cotopaxi, “se va a producir un nuevo deterioro de la naturaleza, van a talar bosques y destruir el ecosistema porque las familias van a regresar a la utilización de la leña, debido al costo elevado del gas, y ante esto ni el Gobierno ni el Ministerio se han dado solución alguna”.
 
Hace algunos años se realizó un plan piloto de adaptación de las cocinas de inducción en la parroquia Julio Andrade en Carchi, pues conseguir gas en este sector es una tarea complicada por el contrabando que se produce hacia Colombia. Sus habitantes concuerdan en que estas cocinas sólo sirven para preparar aguas aromáticas, comidas sencillas y para pocas personas, además expresan que son lentas y cambia el sabor de la comida, por lo que prefieren mantener el consumo de gas licuado de petróleo.
 
“Este cambio favorece únicamente al gobierno, pues las cocinas de inducción no son la solución para el pueblo ecuatoriano; primero se debe establecer un estudio minucioso, hay que preparar al talento humano necesario, crear condiciones más que suficientes para que las empresas que están haciendo los prototipos y el Gobierno lo hagan bien, pues no es un proyecto tan simple para ejecutarlo de la noche a la mañana. Este cambio de matriz energética tenía que socializarse ante el pueblo ecuatoriano”, finaliza el académico.
 

Síguenos en:
Twitter: @PeriodicOpcion 
 
Y en nuestra página web 
http://www.nodo50.org/opcion
 
Adquiere nuestra edición impresa, cada 15 días en estos sitios:
 
Quito| Librería "Bibliotek" Ante N° 259 y Juan Larrea|Almacén “Universitario" Hall Teatro Universitario UCE|Cafelibro Leónidas Plaza N23-56 entre Wilson y Vintimilla| Pluma libreros Editores Estrada 412 y Luis Felipe Borja| Librería Progreso Guayaquil y Oriente|Librería Española Triangulo San Rafael valle de Los Chillos| Sabor a Tierra kiosco Patria y Juan León Mera esq.| Librería libros Andinos Ulpiano  Páez N19-70 y 18 de Septiembre.
 
Guayaquil| UNE Guayas Carchi y San Martin esq. Telf.:042 454 325| Universidad de Guayaquil Facultad de Ciencias Médicas Asociación de escuela| Mercado Machala 2° piso Sección librería| Puestos de revistas 9 de Octubre y Carchi| 22 y la B (Mercado San Vicente de Paúl)| 9 de Octubre y Escobedo Sra. María Ocampo|Chile y Aguirre Sr. Sergio Antonio puesto 43| Chile y Sucre Sr. Carlos  Urgilés| Boyacá y 10 de Agosto Sr. Juan Ochoa Edif. Diario El Telégrafo"| Don BustamanteChile entre 9 de Octubre y Vélez| Jessica Patiño Telf.:0987756194.
 
Ambato| Coop de Vivienda Amanecer Popular Edif.: Aso Empleados 2° piso Of. 202 calle Cevallos  y Mera| FEUEpredios de Ingahurco| Mercado Mayorista Oficina de presidencia.
 
Loja| Mercado Central 18 de Noviembre y 10 de Agosto|Fondo de Cesantía del Magisterio Ecuatoriano Rocafuerte entre Olmedo y Juan José Peña.
 
Ibarra|  Edificio UNE Calle Luis Fernando Villamar y Sánchez y Cifuentes| Sr Byron Rosero Telf.:06-2 643623
 
Tulcán| Puesto de Periódicos  La cuencanita Parque Central| Sr. Wilson Domínguez 2981039
 
El Oro| Mercado Central Olmedo entre 9 de Mayo y Juan Montalvo Lic. Guillermo Castillo| UNE de El Oro Guayas entre Boyacá y Pasaje.
 
Babahoyo| Sr. Gustavo Freire Telf.:099247613|
Sr. Luis Tiutiven Ingreso al Mercado Central| Sr. Avilés Bolívar y García Moreno esq.
 
Sucumbíos| UNE de Sucumbíos Sr. Luis Merino.Telf.:0999102568
 
Baeza|  Publiposter Telf.:06-2 320654
El Coca| Sr. Marco Tandazo
 
Manabí| Patricio Castro Telf.:05-2633481
 
Machala| Sr. Aldo Duarte Telf.:07-2938950
Tena| Une de Tena Casa del maestro Av. 15 de Noviembre 456 y 9 de Octubre. Telf.: 2886279
 
Puyo| Sr. David Ortiz Telf.:0987418724
El Carmen|  Sr. Pedro Chila Zamora Telf.:
0992020661
 
Guaranda| Sr. Washington Yánez Tel f.:
0998155170
Riobamba|  Dr. Gabriel Montoya Telf.: 0993174401
DP
Philippe Partouche shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:44:35 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Michel Dubois shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:44:14 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Mathylda Mediumm Coacchh Médiumm shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:36:35 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Almudena Olayo Martinez shared José Luis Merlin. Camino de la Música.'s video: "IGUAZÚ - I. Milonga de los Ríos".
at Jul 23, 2014 3:33:40 PM
"IGUAZÚ - I. Milonga de los Ríos"
PREMIERE!!!At "GUITARRAS DE LUTHIER", Madrid 2014 SCORES AVAILABLE!

José Luis Merlin plays the first movement called "Milonga de los Ríos" from his new Suite "IGUAZÚ" which consists of the following parts:
IGUAZU - I.Milonga de los Ríos
IGUAZU - II.Vidalita de San Ignacio
IGUAZU - III. La Garganta del Diablo

SCORES AVAILABLE! 1981guitar@gmail.com - on request
or buy directly from online shop here:

http://joseluismerlin.ecwid.com/#!/~/product/category=5829992&id=38697684

A SPECIAL OFFER from Maestro Merlin - You can have the score of any composition of his autographed especially for You and sent to you by mail. For more detailes, please contact 1981guitar@gmail.com
DP
Red Bancos de Alimentos
at Jul 23, 2014 3:33:31 PM
Semana de la Sopa Solidaria - ¿Cómo colaborar?

Del 21 al 27 de julio podés ayudar donando tu tiempo como voluntario y acercando alimentos no perecederos en todo el país.
 
Knorr, marca líder en alimentos y experta en sabor, junto a Fundación Sí y la Red Argentina deBancos de Alimentos, organizan la Semana de la Sopa Solidaria que tendrá lugar del 21 al 27 de julio en todo el país.
 
“Knorr colabora activamente a lo largo del año junto con Fundación Sí y la Red Argentina de Bancos de Alimentos, brindando sopas a personas en situación de riesgo. Por eso, este año invitamos a las personas que se quieran sumar junto a sus familias y amigos, a esta propuesta solidaria para colaborar con los que menos tienen”, explicó Paula López Landivar, directora de Marketing de Knorr.
 
Durante esa semana, las personas que vivan en Capital Federal podrán acercarse de lunes a viernes de 14 a 20hs y sábado y domingo de 10 a 20hs a Fundación Sí, en Ángel Carranza 1962, y participar en alguno de los talleres solidarios orientados a las recorridas que la fundación realiza todas las noches para ayudar a personas en situación de calle:
 
-Taller de cocina: para amasar y hornear pan que acompaña a la sopa todas las semanas en las Recorridas por el frío.
-Puesto de fraccionamiento de galletitas: para embolsar y sellar las galletitas a granel.
-Taller de tejido: para confeccionar guantes, gorros y frazadas.
-Taller de polar: para confeccionar bufandas.
-Puesto de clasificación de ropa: para separar la ropa por tipo y talle.
 
Quienes asistan podrán colaborar también llevando un alimento no perecedero para la Red de Bancos de Alimentos.
 
Aquellos que residen en el interior, podrán colaborar con los Bancos de Alimentos más cercanos a sus domicilios, acercando un alimento no perecedero y ayudando con la clasificación de lo recolectado localmente, una tarea fundamental que posibilita que los alimentos puedan llegar en tiempo y forma a las personas que más lo necesitan. Además, podrán sumarse como voluntarios a la recorrida que Fundación Sí realice en su ciudad.
 
¿Cómo colaborar en el interior? Contactate con tu Banco de Alimentos más cercano para obtener más información:
 
- Córdoba
info@bancodealimentoscba.org.ar
0351 4969212
Ruta 19 km 7,5. Predio municipal.
Mercado de Abasto. Córdoba
Del lunes 21 al viernes 25 de 10 a 13 y de 15 a 17 hs., podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Goya (Corrientes)
bancodealimentosgoya@agrupar.org.ar
03777 420 956
Belgrano 708 (3450). Pcia. de Corrientes
Del lunes 21 al viernes 25 de 15 a 18 hs. podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Jujuy
fundacionbancodealimentosjujuy@hotmail.com
0388-4312164
Las Heras 399, esquina El Payador, B° San Pedrito, Jujuy
Del lunes 21 al viernes 25 de 9 a 13 hs., podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- La Plata (Buenos Aires)
info@bancoalimentario.org.ar
(0221) 4224988  / (0221) 15-531575164
(ex 7) y 125. Portón amarillo Vialidad. La Plata.
Del lunes 21 al viernes 25 de 8 a 10, de 14 a 16 y el sábado 26 de 9 a 12 hs., podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Mar del Plata (Buenos Aires) – Colaborar únicamente acercando alimentos no perecederos.
 info@manos-solidarias.org.ar
(0223) 472-1480 /  475- 6776 int.251
Del lunes 21 al viernes 25 de 9 a 12 hs. podés acercar alimentos no perecederos a 9 de Julio 5489, Mar del Plata
 
- Mendoza
info@bdamendoza.org.ar
(0261) 4244044
Minuzzi 428. Godoy Cruz. Mendoza
Del lunes 21 al viernes 25 de 9 a 15 hs., podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Neuquén
fundacionluciernaga@gmail.com
(0299)-155386769
Av. Las Flores y Pje. Davalos Bº Alta Barda – Neuquén
 
- Río Cuarto (Córdoba) – Colaborar únicamente acercando alimentos no perecederos en días y horarios indicados.
 bancodealimentosriocuarto@gmail.com
0358-155090683
Av. Sabattini 3801, Predio Sociedad Rural de Rio Cuarto
 
- Rosario (Santa Fe)
info@barosario.org.ar
0341- 153654761 / 0341-2430237
Felipe Moré 941, Rosario
El jueves 24 de julio de 9 a 12 hs., podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Salta – Colaborar únicamente acercando alimentos no perecederos en días y horarios indicados.
 info@bancoalimentossalta.org.ar
0387-155067073
Rivadavia 384, Salta
 
- San Rafael (Mendoza)
estelabandiera@hotmail.com
(0260) 4421473
Avellaneda 360, San Rafael
 
- Santiago del Estero
bancodealimentossde@gmail.com
(0385) 4214800 / (0385) 156410151
Del lunes 21 al viernes 25 de 8:30 a 12:30hsy de 17 a 20hs en Av Aguirre (S) 836, Santiago del Estero; o de 8 a 12 hs. en el puesto número 80 de la Co.Me.Co (Parque industrial La Isla), Santiago del Estero, podés colaborar como voluntario en la clasificación de alimentos y acercando un alimento no perecedero.
 
- Tandil (Buenos Aires)
info@bat.org.ar
0249 4449149
Rosales 383, Tandil
Del lunes 21 al viernes 25 de 9 a 12 hs., podés colaborar acercando un alimento no perecedero.
 
- Tucumán
info@bancodealimentostuc.org.ar
0381-4280121/4281316
Diego de Villarroel 56, San Miguel de Tucuman.
 
- Valle de Uco (Mendoza)
info@bda-valledeuco.org
02622 451 193
Circunsvalación Celia Bustos de Quiroga Nº 374, Eugenio Bustos, Valle de Uco.
Del lunes 21 al viernes 25 de 10 a 16 hs., podés colaborar acercando un alimento no perecedero.
 
- Venado Tuerto (Santa Fe)
bancodealimentosvt@gmail.com
03462-15697576/15533128/03463-15645182
Brown 857, Venado Tuerto
 
- Villa Mercedes (San Luis) – Colaborar únicamente acercando alimentos no perecederos en días y horarios indicados.
 bancodealimentos_vm@hotmail.com
(02657) 15234118/15652672
Belgrano 160 Villa Mercedes, San Luis
Del lunes 21 al viernes 25 de 10 a 12 hs. en Zavala Ortiz y Nueve de Julio, podés colaborar acercando un alimento no perecedero.
 
- Virasoro (Corrientes)
baovirasoro@gmail.com
03756 15-56-86-10 / 03756-15-51-20-00
Mocito Acuña y 23 de Septiembre, Gdor. Virasoro
 
 Vicky Ancarola likes this
DP
Etienne Ficheroulle shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:32:03 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
Etienne Ficheroulle commented at Jul 23, 2014 3:33:02 PM
        Une autre vision des choses.
Catherine Ailesse commented at Jul 23, 2014 3:35:37 PM
        C'est une vidéo qui date de 2009 et c'est un affrontement entre le Hamas et les Jihadiste, l'autre parti. Attention aux manipulations des images.
DP
Sandri Venter
at Jul 23, 2014 3:28:48 PM
SAVAGES........
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Aviva Flau shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:24:34 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Patrick James Wallace shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:20:53 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
 Roger Soudant likes this
Roger Soudant commented at Jul 23, 2014 3:25:03 PM
        ptg
DP
Michael Patrick shared Sean Dinse's video.
at Jul 23, 2014 3:18:13 PM

Be on the look out for a 2014 Silver Chevy Equinox with black and yellow paper plates that is targeting Woodland Hills. The suspects are described as a Male Black and Hispanic. Suspects are driving their vehicle into the driveway of the residence, door knock the front door and when no one answers suspect attempts to kick open the door.

Suspects attempted to break into a house at Topanga Canyon Blvd and Avenue San Luis yesterday and attempted to break into a house on Winnetka Ave south of Wells Street today.

If seen immediately contact 911 and please share with your neighbors.
DP
Pithivier Bourget shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:17:59 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Sabuj Maroon Swapno
at Jul 23, 2014 3:14:02 PM
McDowell Mohun Bagan have signed Sony Norde, the Haitian professional football player, as their fourth foreign recruit for the forthcoming football season.

The 25-year-old striker caught the eyes through prolific and mesmerizing performances when he represented Lt. Sk. Jamal Dhanmondi Club in the 118th IFA Shield Tournament and won many hearts in Kolkata.

After a trial match with Mexican Side San Luis FC he was able to secure a spot at Argentine Club Boca Juniors.

Sony has also represented the Haiti national football team at the Youth and Senior levels. He represented Haiti at the 2008 CONCACAF Men Olympic qualification tournament and also represented the National side in the FIFA World Cup Qualifiers.

Source : Official Website of Mohun Bagan
 Soumya Bose , Souvik Bubai , Sayantan Saha , Debdyuti Das Dadan , Suman Ghoshal , Sayan Nil Akasher Niche , Rahul Paul , Rajdeep Senapati , Ayan Viki Das , Saikat Mahato , Sounak Maitra , Samrat Chattopadhyay , Subhajit Ghosal , Pritam Saha , Bishnudev Bhattacharya , Tanmoy Moulik , Sourav Das , Sandip Mallick , Ritam Das , Biswarup Sarkar , Prîŋçę Ŵĭtħǿųt Prîŋçęss , Supro Tim Sen , Ashoke Gayen , Kittu Raina , Sutirtho De likes this
Ayan Viki Das commented at Jul 23, 2014 3:33:16 PM
        Best of luck sony
Sabyasachi Chakraborty commented at Jul 23, 2014 3:18:05 PM
        Best of luck sony...
Chiranjit Das commented at Jul 23, 2014 3:16:59 PM
        good news
Tamal Pahari commented at Jul 23, 2014 3:15:41 PM
        Great news
Subhojit Koley commented at Jul 23, 2014 3:15:10 PM
        gd nws
DP
LE LAPSUS DE MOSCOVICI RÉVÈLE SANS DOUTE L'ÉCHEC DE SA CANDIDATURE À LA COMMISSION, DÛ À LA TACTIQUE ALLEMANDE.


Lapsus de Pierre Moscovici le 22 juillet 2014 : « Quand j'étais ministre des Finances, je me suis battu pour [...] que nous fassions en sorte de SORTIR de la zone euro.»
 
 
Interrogé le 22 juillet sur Europe 1, l'ancien ministre des Finances Pierre Moscovici a tenté d'expliquer les raisons pour lesquelles il s'estime qualifié pour occuper le poste de commissaire européen en charge des Affaires économiques et monétaires.
 
Il l'a fait dans ces termes :
 
« Je suis un Français, je suis un Européen. Toute ma vie a été marquée par cette double filiation. J'ai été ministre des Affaires européennes, député européen. Quand j'étais ministre des Finances, je me suis battu pour redresser la compétitivité de la France, pour réduire les déficits mais aussi pour que nous fassions en sorte de SORTIR de la zone euro.»
 
[ source : http://www.europe1.fr/Politique/Zone-euro-le-lapsus-de-Pierre-Moscovici-2187337/# ]
 
 
 Un lapsus ravageur
---------------------------------
Ce lapsus ravageur rappelle le terrible lapsus de François Hollande, le 10 octobre 2012, lors de sa conférence presse conjointe avec le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy au terme du 22e sommet franco-espagnol de Paris :
 
« La Banque Centrale a organisé un mode d’intervention permettant de COMPLOTER… de compléter le dispositif. A partir de là, il n’y a pas d’autres conditions à poser, pas d’autres mécanismes à imaginer. »
[ source : http://lapsus-politique.com/lapsus-de-francois-hollande-un-mode-dintervention-permettant-de-comploter-10-octobre-2012/]
 
 
 
Lapsus de François Hollande le 10 octobre 2012 : « La Banque Centrale a organisé un mode d’intervention permettant de comploter .. »
 
 
Réfutant les théories psychanalytiques, certains considèrent encore que les lapsus ne sont que des simples erreurs qui ne signifient rien de particulier. Mais peu importe. Depuis Freud, une très grande majorité des responsables politiques, des journalistes et de l'opinion publique voit dans le lapsus un symptôme important de l'émergence de désirs inconscients. Les lapsus ne sont jamais bon en général, et sont souvent destructeurs d'une image ou d'une réputation en politique.
 
Dans cette perspective, le terrible lapsus de l'ancien ministre des finances trahirait son désir inconscient et tabou de faire sortir la France de l'euro pour redresser l'économie française.
 
De même que le lapsus de François Hollande avait sans doute trahi le fait qu'il sait très bien, en son intérieur, que l'action de la BCE est un complot contre la souveraineté et l'indépendance des peuples d'Europe.
 
 Fin de partie pour la candidature Moscovici ?
--------------------------------------------------------------
Ce lapsus de Pierre Moscovici sur Europe 1 ne va donc pas passer inaperçu dans les cercles européistes. Et il tombe pour lui au plus mauvais moment, puisque sa candidature au poste de commissaire européen en charge des Affaire économiques et monétaires suscite une levée de boucliers dans une partie de l'opinion et des cercles dirigeants allemands.
 
Dans la version en ligne du journal « Handelsblatt », le responsable des questions budgétaires du groupe chrétien-démocrate (CDU-CSU) au Bundestag, Norbert Barthle, a ainsi formulé un jugement cinglant contre Pierre Moscovici il y a quelques jours : « Si on nomme aux affaires économiques et monétaires précisément le ministre des Finances français qui n’a rien fait pour respecter le pacte de stabilité, c’est comme si on voulait chasser le diable avec Belzébuth ».
[ source : http://www.lesechos.fr/monde/europe/0203645041884-doutes-allemands-sur-la-nomination-de-pierre-moscovici-1025213.php?PzulF0IMw2r2EA88.99 ]
 
Lorsque l'on sait que Norbert Barthle est l'un des piliers de la CDU d’Angela Merkel, le moins que l'on puisse dire est que la candidature de l'ancien ministre français était ainsi déjà fort mal partie !Au point même que l'on évoquait déjà, dans les allées opaques du pouvoir européiste, un veto implicite de l'Allemagne à son encontre. [ source : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/commission-europeenne-guigou-va-t-elle-profiter-d-un-veto-allemand-a-mosovici_1560833.html ]
 
Dès lors, le lapsus d'hier signe probablement la fin des espérances de Pierre Moscovici au poste qu'il convoitait, et sur lequel il donnait d'ailleurs l'impression, dans cet entretien sur Europe 1, de ne plus se faire beaucoup d'illusions.
 
 
 

 Élisabeth Guigou, membre de la Trilatérale, a le vent en poupe
------------------------------------------------------------------------------------------
Tout cela fait les affaires de la « socialiste » Élisabeth Guigou, dont le nom circule de plus en plus comme remplaçante de l'inénarrable baronne travailliste Lady Catherine Ashton of Upholland.
 
Pourquoi ?D'une part parce que Mme Guigou remplit 2 des 3 critères exigées par les européistes pour ce poste : c'est une femme, et elle est « de gauche ». Je renvoie ici à mon analyse précédente : https://www.upr.fr/presse/communiques-de-presse/repartition-des-postes-dans-la-nouvelle-commission-europeenne.D'autre part, parce que, si elle ne remplit pas le 3e critère (elle ne vient pas d'un pays de l'Est), Élisabeth Guigou présente néanmoins un pedigree absolument impeccable pour l'oligarchie euro-atlantiste et le gouvernement américain qui suivent tout ce micmac de très près.
 
Entrée au cabinet de Jacques Delors en 1982, avant de rejoindre celui de François Mitterrand à l’Élysée où elle fut chargée des questions économiques et financières internationales, Mme Guigou fut parallèlement nommée secrétaire générale du comité interministériel pour les questions économiques européennes. En 1988, elle fut chargée par le président de la République de la coordination de la politique de la France à l'égard des pays de l'Est, puis elle devint, d'octobre 1990 à mars 1993, ministre déléguée aux Affaires européennes. De nos jours, elles est députée de Seine-Saint Denis et présidente de la Commission des Affaires étrangères à l'Assemblée nationale.
 
Plus important encore pour son certificat de vertu européiste, Élisabeth Guigou est actuellement :présidente fondatrice de l'association « Europartenaires », membre du conseil d’administration de la fondation de Jacques Delors « Notre Europe » - rebaptisée récemment avec modestie « Notre Europe - Jacques Delors Institute », membre du conseil d'administration du think tank « Les Amis de l'Europe », membre du club « Le Siècle » depuis 1990,et enfin, last but not least, membre de la Commission Trilatérale.
[ source : http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Guigou ]
 
Rappelons que la Trilatérale a été créée en 1973 à l'initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du Council on Foreign Relations (CFR), parmi lesquels David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski. Regroupant 300 à 400 personnalités de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l'Asie Pacifique, le but de la Trilatérale est de promouvoir la « mondialisation » et une coopération politique et économique entre ces trois zones.
 
 

 
Pour l'élection de Miss European Diplomacy, Élisabeth Guigou présente un pedigree de rêve : c'est une femme, elle est censément « de gauche » et même « socialiste », et elle a les certificats de conformité de nombreux think-tanks euro-atlantistes, à commencer par la toute puissante Commission Trilatérale de David Rockefeller.
 
 
Autant dire que Mme Guigou, dont la personnalité est depuis toujours celle d'une bonne élève empressée à obéir à ses maîtres, serait un commissaire européen d'une parfaite sûreté pour l'oligarchie. Elle appuierait la conclusion des négociations secrètes du Traité transatlantique (TAFTA) et du Traité sur le commerce des services (TISA) et reprendrait à son compte sans état d'âme tous les choix géopolitiques dictés par Washington.
 
Mieux encore, sa nomination permettrait d'écarter ipso facto la France d'un poste de commissaire chargé de l'économie (celui aux Affaires économiques et monétaires ou celui au Marché intérieur), qui sont moins prestigieux aux yeux du grand public que celui des Affaires étrangères mais d'une importance bien plus réelle sur la vie des citoyens européens. Or François Hollande voulait absolument, dit-on, obtenir le poste des Affaires économiques et monétaires, dans l'espoir - assez puéril d'ailleurs - que la France pourrait ainsi assouplir l'orthodoxie budgétaire et monétaire que Berlin fait régner d'une main de fer dans toute la zone euro.
 
Dans ce billard à plusieurs bandes où l'hypocrisie et les coups fourrés règnent en maîtres, on comprend donc mieux pourquoi les cercles euro-atlantistes, notamment en Allemagne, se sont soudain découvert une vive inclination pour la candidature de Mme Guigou.
 
Ainsi, pendant que con collègue de la CDU, Norbert Barthle, comparait Pierre Moscovici à Belzébuth dans le « Handelsblatt », le député européen allemand Elmar Brok (CDU lui aussi), et président de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, déclarait au magazine le plus lu d'Allemagne « Der Spiegel » qu'Élisabeth Guigou serait « une candidate hautement qualifiée » pour remplacer la baronne Ashton à la tête de la diplomatie européenne. [source : http://www.spiegel.de/politik/ausland/eu-aussenbeauftragte-guigou-koennte-auf-ashton-folgen-a-981954.html ]
 
Les experts apprécieront ce travail cousu main de l'Allemagne, qui tisse sa toile pour enfermer la France dans un poste prestigieux mais aux ordres de Washington, tout en l'écartant de tout ce qui touche à l'économie.  Chapeau !
 
 Lutte au couteau pour le Gros Lot
-------------------------------------------------
Il n'est pas exclu que, d'ici aux nominations, de nouveaux rebondissements se fassent jour dans ces manœuvres tortueuses, qui prouvent une nouvelle fois à quel point les choix offerts aux électeurs sont devenus des farces et la démocratie une sinistre blague.
 
En guise de conclusion provisoire, je crois utile de rappeler que cette lutte feutrée, mais au couteau, entre Pierre Moscovici et Élisabeth Guigou pour le poste de Commissaire européen (Jean-Marc Ayrault, un moment tenté, a été évincé rapidement), ne réside pas seulement dans les attraits professionnels de la fonction.
 
L'ennui désespérant qui suinte de la Tour de Babel bruxelloise et le calvaire quotidien des réunions de ronds-de-cuir, venus de 28 États, qui s'écharpent sur tous les sujets, doivent à peine être compensés par le plaisir sadique qu'il y a à signer des directives s’appliquant à 28 peuples et 507 millions de personnes qui ignorent qui vous êtes et qui n'ont jamais voté pour vous.
 
Mais l’essentiel est ailleurs : il réside dans les coquets émoluments qui se déversent comme dans un conte de fées sur l’heureux commissaire européen.
 
Actuellement, chaque commissaire européen reçoit un traitement de 24 374 € bruts par mois, à peu près net d’impôts. ( Traitement de base mensuel de 20 667,20 € bruts par mois + indemnité mensuelle de représentation de 607,71 € bruts par mois + Indemnité de résidence de 3 100,08 € bruts par mois).
 
Il s’y ajoute une Indemnité de frais d'installation de 41 334,40 € bruts versés lors de la prise de fonction et une autre Indemnité de 20 667,20 € lors de la cessation des fonctions, l'une et l'autre nettes d’impôts. Soit l’équivalent d’un surcroît de rémunération de 1033, 36 € par mois pendant la durée du mandat de 5 ans.
 

Derrière les sourires, Pierre Moscovici et Élisabeth Guigou se battent à mort pour remporter le Gros Lot financier de Commissaire européen. Jean-Marc Ayrault, plus flegmatique et désabusé, a jeté l'éponge assez vite.
 
 
À tout ceci s’ajoute un train de vie fastueux, aux frais de la princesse : grosses limousines allemandes de fonction, avec chauffeur, frais de déplacement faramineux, voyages en avion 1ère classe, invitations incessantes, etc. Je renvoie ici notamment à ma conférence « L’Europe c’est la paiE »  https://www.upr.fr/videos/conferences-en-ligne/leurope-cest-la-paie
 
Enfin, à compter du 1er  jour qui suit sa cessation de ses fonctions, un ancien Commissaire européen perçoit une indemnité transitoire mensuelle comprise entre 8 266,88 € et 13 433,68 €, selon la durée de son mandat, et cela pendant au moins 6 mois.
 
Dans ces conditions, on comprend mieux pourquoi Pierre Moscovici, sentant le pactole lui échapper, a laissé percer son atroce déconvenue en proférant un lapsus qui achève sans doute de le mettre hors jeu.
 
 
François Asselineau
 
23 juillet 2014
 Anne-Claire Magniez , Dominique Dom , Laurent Masson , Gerald Lhermitte , Emmanuel Boitard , Jean-Philippe Chry , Anthony Moral , Olivier Ballerini , Nathalie R. Colombe , Vincent Lè Cotz , Hsvirok Kushiro , Anne Raphael Guillot , Thomas Bertucat , Monique Alvarez Sauvestre , Pierre De Larivière , Donald Linus Pauling , Rhussule Sanguis , Josep Granados , Gisela Gosseye , Jean Le Bail , Flo El Salsero , Cyprien Marquant , Rim Ka , Spinozette Douze , Ector Zoilreb likes this
Bernard Henry Gonzo commented at Jul 23, 2014 3:18:10 PM
        "Ainsi, pendant que con collègue..."
Attention au lapsus a l'écrit :) ;)
Spinozette Douze commented at Jul 23, 2014 3:24:47 PM
        Et Alors ???
Cyprien Marquant commented at Jul 23, 2014 3:29:21 PM
        Le pire, c'est qu'il a sans doute voulu dire "pour que nous fassions en sorte de rester dans la zone euro"...Il est pour mettre l'économie au service d'une monnaie alors que c'est exactement l'inverse qui serait normal...
Florian Maxime Bernard commented at Jul 23, 2014 3:37:15 PM
        merci encore une fois pour cette belle analyse
Nathalie R. Colombe commented at Jul 23, 2014 3:37:39 PM
        Et qui sont les VRAIS assistés hein ?!!!! Pas ceux dont on dit qu'ils le sont !
DP
Nerina Del Giovannino shared a video: San Luis Vs Dulce de Leche -- categoria 2006.
at Jul 23, 2014 3:11:26 PM
DP
Jeremy Jeremy shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:10:40 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Ben Seguirra shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:09:18 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Elisema Rozenfeld shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:08:53 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Rachel Chicheportiche shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 3:07:03 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Cinemacenter
at Jul 23, 2014 3:05:17 PM
¡Hoy 23/7 última oportunidad para ver...!


Estas son las películas por ciudad, que DEJARÁN la cartelera el 24/7, podes consultar los horarios de proyección en www.cinemacenter.com.ar   
 
En ALTA GRACIA: continuan todas en cartelera
 
En BAHIA BLANCA:  continuan todas en cartelera
 
En CATAMARCA: continuan todas en cartelera
 
En CORRIENTES: Bajo la misma estrella
 
En FLORENCIO VARELA: continuan todas en cartelera
 
En MAR DEL PLATA: Bajo la misma estrella
 
En RESISTENCIA: en Ávalos: continuan todas en cartelera ,  en Libertad: continuan todas en cartelera
 
En RIO CUARTO: Bañeros 4
 
En SAN JUAN: continuan todas en cartelera
 
En SANTIAGO DEL ESTERO: continuan todas en cartelera
 
En SAN LUIS: continuan todas en cartelera
 
En TANDIL: continuan todas en cartelera
 
En TUCUMAN: continuan todas en cartelera
 
En LA RIOJA: continuan todas en cartelera
 
En MENDOZA: Bajo la misma estrella
 Eliana Pompei , Yamy Garcia , Gabriela Molina , Daiiaa Carlino likes this
DP
ESTERILIZACIÓN QUIRÚRGICA EN LOS BARRIOS- Agosto 2014

  El Departamento de Zoonosis dependiente de la Dirección de Protección Sanitaria / Secretaría de Salud, MGP., en el marco de la Campaña de Concientización sobre Tenencia Responsable de Mascotas, informa el Cronograma de Castración y Esterilización, a desarrollarse en el Quirófano Móvil y en el Departamento de Zoonosis, durante el mes de AGOSTO 2014
 
 Aclaración: El presente cronograma puede sufrir cambios debido a inconvenientes no previstos, los cuales serán informados oportunamente en la página de la Municipalidad de General Pueyrredón: www.mardelplata.gob.ar
 
 Las acciones se realizarán en las Sociedades de Fomento de los siguientes Barrios:
 
 (Acercarse o llamar al lugar antes para sacar turno)
 
 
Viernes 1 agosto   
8 hs.             Santa Rosa de Lima
Ciudad de Rosario 2468 / 487 876
 8 hs. (GA)           A confirmar
8 hs. (SFF)          Las Heras                                                                                                                                                   
Heguilor 2745 / 483 1836
12.30 hs.(DFZ)    Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 
Lunes 4 agosto         
8 hs.                   Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
8 hs. (GA)           Barrio 2 de abril
Soldado Pacholclzuk 850 / 460 1383
8 hs. (SFF)          Punta Mogotes
M. Lebensohn 2250 / 484 2341
12.30hs.(DFZ)     Los Andes
Falucho 6040 / 477 3939
 
Martes 5 agosto   
8 hs.                   San Patricio
Calle 459 e/ 8 y 10 / 467 2092
8 hs. (GA)           Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 8 hs. (SFF)          Gral San Martín
Génova 5284 / 482 6837
12.30hs.(DFZ)     A confirmar
 
Miércoles 6 agosto 
8 hs.                   Santa Celina
La Peregrina 551 / 469 5836
 8 hs. (GA)           Jorge Newbery
Bolivar 9048 / 487 3773 – 156 200057
8 hs. (SFF)          Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
12.30 hs.(DFZ)    Estación Norte
9 de Julio 5162 / 476 0381
                                            
Jueves 7 agosto     
8 hs.                   Cerrito Sur
Marcelo T. de Alvear 2640 / 489 1188 -   15 5365558
 8 hs. (GA)           A confirmar
8 hs. (SFF)          Gerenal Pueyrredon
De los Inmigrantes 2545 / 482 4450
8 hs.(DFZ)          A confirmar
Viernes 8 agosto    
8 hs.                   Centenario
 Avellaneda y Tierra del Fuego
8 hs. (GA)           Jorge Newbery
Bolivar 9048 / 487 3773 – 156 200057
8 hs. (SFF)          Batán
Calle 145 y 132 / 464 3533 – 155 813960          
12.30 hs.(DFZ)    Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 
Lunes 11 agosto    
8 hs.                   Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 8 hs. (GA)           Parque Camet
Martínez 4570
8 hs. (SFF)          López de Gomara
Luzuriaga 798 / 479 3044
12.30 hs.(DFZ)    Villa Primera
 Don Bosco 641 / 472 9227
 
Martes 12 agosto          
8 hs.                  Cerrito San Salvador
Cerrito 1554 / 480 0970   Pedir turno de 19 a 20
8 hs. (GA)           Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
8 hs. (SFF)          Florencio Sánchez
Luis Dellepiane 2431 / 481 4383
12.30 hs.(DFZ)    San Eduardo de Chapadmalal
Calle 481 entre 16 y 18 / 469 9346
 
Miércoles 13 agosto   
8 hs.                  Cerrito San Salvador

Cerrito 1554 / 480 0970            Pedir turno de 19 a 20 hs

8 hs. (GA)           Estación Chapadmalal
 Av. F y Calle 7 / 464 2429
8 hs. (SFF)          Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
12.30 hs. (DFZ)   Cerrito San Salvador

Cerrito 1554 / 480 0970  Pedir turno de 19 a 20 hs

 
Jueves 14 agosto      
8 hs.                  Cerrito San Salvador
Cerrito 1554 / 480 0970     Pedir turno de 19 a 20
8 hs. (GA)           Jorge Newbery
Bolivar 9048 / 487 3773 – 156 200057
8 hs. (SFF)          Playa Serena
Av. del Mar 350 / 467 2367
8 hs. (DFZ)         Bosque Grande
Reforma Universitaria 1655 / 481 4062
 
Viernes 15 agosto                 
8 hs.                  Cerrito San Salvador
Cerrito 1554 / 480 0970       Pedir turno de 19 a 20
8 hs. (GA)           Estación Camet
Juan P. Camet 1125 / 460 0259
 8 hs. (SFF)          Santa Rita
Camusso 1152 / 483 1083
12.30 hs.(DFZ)    Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 
Martes 19 agosto                 
8 hs.                   Jardín de Peralta Ramos                                                                                                                           
La Golondrina 136          (Z/ Edison 10 + costa y 5 + M. Bravo) 467 3146
8 hs. (GA)         Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 8 hs. (SFF)       Gral San Martín
Génova 5284 / 482 6837 
12.30 hs. (DFZ)   Los Acantilados
Calle 497 esq. 20 / 467 1057
 
Miércoles 20 agosto            
8 hs.                   Parque Palermo                                                                                                                                        
Lobería 3089 / 465 1256
8 hs. (GA)           Parque Luro
Artigas 350 / 471 1819
8 hs. (SFF)          Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / tel: 147
12.30 hs. (DFZ)   Bosque Peralta Ramos
Don Arturo y Los Manuanes / 467 1311
 
Jueves 21 agosto               
8 hs.                   Barrio Félix
Calle 196 y Ströbel
 8 hs. (GA)           Centro de Integración Comunitaria               
Santa Cruz 8003 / 478 9810
 8 hs. (SFF)          General Belgrano
Yapeyú 1467 / 465 5181
8 hs.(DFZ)          A confirmar

Viernes 22 agosto  
8 hs.                   El Progreso
T. del Fournier 5450 / 483 1198
8 hs. (GA)           Jorge Newbery
Bolivar 9048 / 487 3773 – 156 200057
8 hs. (SFF)          Alfar
Calle 413 Nº 750 / 467 0295
12.30 hs.(DFZ)    Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
                                              
Lunes 25 agosto    
8 hs.                   Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
8 hs. (GA)           Constitución
Vicente López y Planes 1755 / 479 0997
12.30 hs.(DFZ)    Felix U. Camet
Calle 16 e/ 13 y 15 / 469 8564
                                              
Martes 26 agosto 
8 hs.                   Centenario
 Avellaneda y Tierra del Fuego
8 hs. (GA)           Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
12.30 hs.(DFZ)    Bosque Grande
Reforma Universitaria 1655 / 481 4062
 
Miércoles 27 agosto         
8 hs.                   Las Dalias
 Los Talas 3757
8 hs. (GA)           Batán
Calle 50 y calle 29
12.30 hs. (DFZ)   Estación Norte
  9 de Julio 5162 / 476 0381
 
Jueves 28 agosto        
8 hs.                   Faro Norte
Sánchez de Bustamante 3460 / 467 0044
8 hs. (GA)           Jorge Newbery
Bolivar 9048 / 487 3773 – 156 200057
8 hs.(DFZ)        A confirmar
 
Viernes 29 agosto 
8 hs.                   Santa Rosa de Lima
Ciudad de Rosario 2468 / 487 8769
 8 hs. (GA)           Coronel Dorrego
Termas de Río Hondo 2060 / 470 3812
12.30 hs.(DFZ)    Departamento de Zoonosis
Hernandarias 10.200 / 147
 
 
Informamos que para sacar turnos para castracion, en las jornadas que se llevan a cabo en la dependencia (Hernandarias 10200), lo podes hacer llamando al 147 – servicio telefónico municipal-
 
Organizar la castración de la mascota teniendo en cuenta que tendrá 2 días de post operatorio, en el que debe estar en un lugar limpio y bajo techo para evitar infecciones. Necesita 12 horas de ayuno de sólidos y líquidos, y 24 horas para recuperarse de la operación.
 
A quien pueda pagarlo, se le pedirá un bono contribución para la castración del perro o gato. Dicha colaboración es utilizada para comprar insumos cuando no llegan a tiempo, o para ampliar las fechas y lugares de castración mensuales. Hay bonos a partir de $5- para que cada uno pueda colaborar con lo que esté a su alcance y así ayudar a que otros también puedan hacerlo.
 
 
 Dpto. de Zoonosis Hernandarias 10.200 / 0223 465 2510 - Mar del Plata
NO TE OLVIDES DE VISITAR EN FACEBOOK:
Adopciones Zoonosis: http://www.facebook.com/pages/Zoonosismdp-Perritos-En-Adopci%C3%B3n/101465706641293
Zoonosis: https://www.facebook.com/profile.php?id=100004141061578&fref=ts
Sitio web: www.zoonosismdq.blogspot.com
 Gabriela Loyacone , Noelia Valiñas , Laura Fernanda likes this
DP
My heart beat$ 4 MohunBagan
at Jul 23, 2014 2:59:17 PM
BREAKING NEWS:::::
Mohun Bagan have completed the signing of Haitian attacking midfielder, Sony Norde as their fourth and final foreigner...
After retaining Katsumi Yusa from the previous season, the Mariners were busy in the transfer market signing two more foreigners in Cameroon's Pierre Boya as their marquee signing and Nigerian defender, Fatao Adisa Alao.
Now they have completed their foreign recruits quota by signing the 24 year old attacking midfielder, Sony Norde who can double up also as a striker. Norde was on their radar since his blistering form in the IFA Shield last year when he represented Sheikh Jamal Dhanmundi who narrowly lost to Mohammedan Sporting in the finals on penalties.
It was Sony Norde's goal in the quarter finals which had knocked Mohun Bagan out of the compeition and he did the same in the semi-finals knocking arch rivals, East Bengal in a 3-0 win for Sheikh Jamal.
Norde was picked up by Boca Juniors in 2008 after impressing the scouts, when he turned up for Mexican side, San Luis FC but could not make any appearances for the first team as he was loaned out to the U-20s of San Luis scoring 8 goals for them.
An important member of the Haiti national football team, Norde's inclusion really makes Mohun Bagan a formidable competitor for the upcoming season.
 Tåmål Ðås , Sandeep Lahiri , Sreesom Banerjee , Rathin Ghosh , Saptarshi Chatterjee , Abhisek Nandi , Sourav Dutta , Tuhin Pandit , Dip Watson , Gourab Roy , Pronay Likeable Mukherjee , Pranit MarInèr's Biswas , Subhajit Ghosh , Raj Royal Roy , Aniket Ghosh , Pulak S Bera , Bappa Mondol , Ramasish Maitra Tatai , Sayan Ghosh , Rahul Mazumder , Raju Ghosh , Subham Mukherjee , Anirban Ghosh , Saurav Singha Roy , অভিষেক সেনগুপ্ত likes this
Debraj Kayal commented at Jul 23, 2014 3:07:25 PM
        i lige amadar.
Sayan Ghosh commented at Jul 23, 2014 3:27:38 PM
        lets hope for the best (y)
Supratim Mitra commented at Jul 23, 2014 3:24:24 PM
        maximum trophy paoa uchit. Joy mb.
Rahul Mukherjee commented at Jul 23, 2014 3:05:25 PM
        jiyo......
Bangal der hobe....
Sukalpa Patra commented at Jul 23, 2014 3:01:56 PM
        Yes yes yes...very good player..
DP
Crystal Dove Cleaning shared Pam Beach's photo.
at Jul 23, 2014 2:58:38 PM
Timeline Photos
NOW HIRING EXPERIENCED CLEANERS (san luis obispo county)

Crystal Dove Cleaning is Hiring Experiences Cleaners with transportation. Hiring for North County and San Luis Obispo, Morro Bay, Cayucos, Cambria & Los Osos areas currently.

Must speak English and be able to pass a drug test if requested. Must be able to work in the US and have a valid social security card

To fill out an application online go to: http://www.crystaldovecleaning.com/ and click the 'Job Opportunities' button at the top of the page.
- See more at: http://www.classifiedads.com/cleaning_jobs-ad123313093.htm#sthash.wMfPxFc7.dpuf
 Crystal Dove Cleaning likes this
DP
Manaf Sheshonq shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 2:57:44 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Zouhair Ghattassi shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 2:55:33 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
DP
Johanne-pierrick Vallée-her shared Jacques Robert's photo.
at Jul 23, 2014 2:54:59 PM
JACQUES ROBERT
Photos from Jacques Robert's post in Les Artistes Vivants *
coucou à toutes et tous , dernière toute fraîche , avec son poème comme d'habitude , et surtout de circonstance avec le temps , bonne fin de journée !!
LE SOUFFLE DU VENT
mademoiselle !! posez la main sur votre chapeau ...
car il risquerait , de flotter sur l'eau ...
la puissance du vent , pourrait vous l'emprunter ...
le prendre avec lui , sans vous le restituer ...
car ici en Bretagne !! il peut être ombrageux ...
et sans crier gare !! se lever et devenir capricieux ...
dans un claquement de doigts , déchaîner son courroux ...
sans vous prévenir , vous faire plier les genoux ...
il peut aussi , devenir votre ami ...
par une journée chaude , à cet instant précis ...
il vous fait cadeau , de cet instant rafraîchissant ...
dès ce moment !! vous aimez le souffle du vent ...
JABERT
 Mohammed Mansouri Idrissi , Johanne-pierrick Vallée-her likes this
Jacques Robert commented at Jul 23, 2014 3:31:17 PM
        merci mon amie Johanne !! <3
DP
Francisco Rodríguez Sánchez
at Jul 23, 2014 2:54:38 PM
"IGUAZÚ - I. Milonga de los Ríos"
PREMIERE!!!At "GUITARRAS DE LUTHIER", Madrid 2014 SCORES AVAILABLE!

José Luis Merlin plays the first movement called "Milonga de los Ríos" from his new Suite "IGUAZÚ" which consists of the following parts:
IGUAZU - I.Milonga de los Ríos
IGUAZU - II.Vidalita de San Ignacio
IGUAZU - III. La Garganta del Diablo

SCORES AVAILABLE! 1981guitar@gmail.com - on request
or buy directly from online shop here:

http://joseluismerlin.ecwid.com/#!/~/product/category=5829992&id=38697684

A SPECIAL OFFER from Maestro Merlin - You can have the score of any composition of his autographed especially for You and sent to you by mail. For more detailes, please contact 1981guitar@gmail.com
 Maria Teresa Infantes Sanchez likes this
DP
Cardenas Linda
at Jul 23, 2014 2:53:29 PM
-Detroit
-Oakland
-Atlanta
-Anaheim
-San Luis
 Jhon Jairo , Cardenas Linda likes this
Argenis Raaz commented at Jul 23, 2014 2:58:39 PM
        Se ve Bien!
Daniel Schotborgh commented at Jul 23, 2014 3:02:49 PM
        Lo veo ganador
Romnil Bermudez commented at Jul 23, 2014 3:04:43 PM
        atanta no gana hoy pon la alta mejor o a los royal
JorCrack Rst commented at Jul 23, 2014 3:29:26 PM
        yo voy a jugar hoy asi
JorCrack Rst commented at Jul 23, 2014 3:29:55 PM
        MILWAKE
KANSAS
NATIONALS
TIGRES
CLEVELAND
MARINEROS LA BAJA
DP
Satyaki Sil
at Jul 23, 2014 2:52:00 PM
Agun Jolbe Agun ! :D
#Excited
Timeline Photos
McDowell Mohun Bagan have signed Sony Norde, the Haitian professional football player, as their fourth foreign recruit for the forthcoming football season.

The 25-year-old striker caught the eyes through prolific and mesmerizing performances when he represented Lt. Sk. Jamal Dhanmondi Club in the 118th IFA Shield Tournament and won many hearts in Kolkata.

After a trial match with Mexican Side San Luis FC he was able to secure a spot at Argentine Club Boca Juniors.

Sony has also represented the Haiti national football team at the Youth and Senior levels. He represented Haiti at the 2008 CONCACAF Men Olympic qualification tournament and also represented the National side in the FIFA World Cup Qualifiers.

http://www.mohunbaganac.com/news-detail/mcdowell-mohun-bagan-recruit-haitian-playmaker-sony-norde — with Tanumøy Ebrp Sinha.
 Samirul Ali , Debobrota Mondal , Sou Rob , Kushal Brazilian Ghosh , Pradipta Drake Sur , Kinjal Das , Sujoy D Ghosal , Shuvajit Hazra , Anubhav Chatujje likes this
Rohitavra Majumdar commented at Jul 23, 2014 2:54:33 PM
        Amra jol dhele debo. :p
Rishi Mondal commented at Jul 23, 2014 2:57:04 PM
        Odafa r time eo jolechilo bhai!! :p
tai nah?
Sou Rob commented at Jul 23, 2014 2:58:08 PM
        Joluk B|
Arindam Chatterjee commented at Jul 23, 2014 3:01:16 PM
        erom bhabe agun jaliye kono lab ache ?

ar kotodin
Rishi Mondal commented at Jul 23, 2014 3:02:26 PM
        MMB r team ebar besh bhalo tobe.. maantei hbe. indian recruit o bhalo.. EB r e young team relatively..
Satyaki Sil commented at Jul 23, 2014 3:03:16 PM
        kheluk jomiye ! taatei khushi ! :3
Ritwik Bhattacharya commented at Jul 23, 2014 3:03:25 PM
        ha tolgey east bengal theke mohun bagan e gie ja agun lagie chilo and last year odafa ja agun lagalo, chap nei, ei sob aguner experience ache.... :p :v
Sayan Leonardo Bose commented at Jul 23, 2014 3:06:27 PM
        abar nouka dubi...
DP
Josiane Vaknin shared Ben-Yehuda's video: COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR.
at Jul 23, 2014 2:47:22 PM
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR
COMMENT LE HAMAS EMPÊCHE PAR LA FORCE LES CIVILS DE FUIR POUR MIEUX MOURIR EN "MARTYRS"

إرهابيو حماس يمنعون المواطني في غزة من الإختباء في الملاجئ ويعتدون عليهم بالضرب

Images choquantes! On y voit pour la première fois les ordures du Hamas en action contre leur propre peuple, les empêchant par la force de fuir les bombardements israéliens visant des caches d'armes afin de mourir en martyrs. Et certains civils palestiniens tentent de se révolter contre leur utilisation comme boucliers humains par le Hamas.

Le meilleur moment de la vidéo arrive à la fin... quand une femme palestinienne dit à un nervis du Hamas qu'ils sont bien "pires que les Juifs".

Ces images ont été tournées et diffusées par la télé allemande. Aucune chaîne de télé française n'a accepté de les diffuser.


CE QUE DIT LA SOCIOLOGUE ARABE SYRIENNE WAFA SULTAN DU HAMAS ET DES FOUS D’ALLAH

La célèbre sociologue d’origine syrienne, Wafa Sultan, vient de publier l’un des points de vue le plus cinglants concernant la situation à Gaza. Elle plonge aux origines de l’islam pour expliquer le conflit entre deux conceptions diamétralement opposées : la culture de la vie contre la culture de la mort.

Extraits traduits par Chawki Freïha (Beyrouth) pour MédiArabe.info

(…) Puisqu’il m’importe peu de satisfaire les uns, de défendre les autres ou d’éviter la colère des troisièmes, je peux dire que le Hamas n’est qu’une sécrétion islamique terroriste dont le comportement irresponsable à l’égard de sa population l’empêche de se hisser au niveau du gouvernement. Mais ceci est conforme à l’habitude, puisque, à travers l’histoire de l’islam, jamais une bande de criminels islamistes n’a respecté ses administrés.

(…) Je ne prétends pas défendre Israël, puisque les Juifs ne m’ont pas demandé mon avis quant à leur terre promise. S’ils me demandent mon avis, je leur conseille de brûler leurs livres sacrés et de quitter la région et de sauver leur peau. Car les musulmans constituent une nation rigide exempte de cerveau. Et c’est contagieux. Tous ceux qui les fréquentent perdent la cervelle… Avant la création de l’État d’Israël, l’histoire n’a jamais mentionné une guerre impliquant les Juifs, ni qu’un Juif ait commandé une armée ou mené une conquête. Mais les musulmans sont des combattants, des conquérants et leur histoire ne manque pas d’exemples et de récits de conquêtes, de morts, de tueries, de razzias… Pour les musulmans, tuer est un loisir. Et s’ils ne trouvent pas un ennemi à tuer, ils s’entretuent entre eux.

Il est impossible pour une nation qui éduque ses enfants sur la mort et le martyre, pour plaire à son créateur, d’enseigner en même temps l’amour de la vie. La vie a-t-elle une valeur pour une société qui inculque à ses enfants qu’ils doivent tuer ou être tués pour aller au Paradis ?

(…) Depuis le début de l’opération israélienne contre Gaza, je suis bombardée de courriers électroniques venant de lecteurs musulmans qui me demandent mon avis sur ce qui se déroule à Gaza. Je ne suis pas concernée par ce qui s’y passe, mais je suis intéressée par les motivations qui animent ceux qui m’écrivent. Je suis convaincue que ce qui les motive n’est pas la condamnation de l’horreur, ni la condamnation de la mort qui sévit à Gaza. Car, si la motivation était réellement la condamnation de la mort, ces mêmes lecteurs se seraient manifestés à d’autres occasions où la vie était menacée.

Ceux qui condamnent le massacre de Gaza, par défense de la vie en tant de valeur, doivent m’interroger sur mon avis à chaque fois que cette vie-valeur était menacée. Plus de 200.000 musulmans Algériens ont été massacrés par d’autres musulmans Algériens ces quinze dernières années, sans qu’aucun musulman ne s’en émeuve.

Des femmes Algériennes violées par les islamistes ont témoigné et raconté que leurs violeurs priaient Allah et imploraient son Prophète avant qu’ils ne violent leurs victimes. Mais personne ne m’a demandé mon avis.

Plus de 20.000 citoyens syriens musulmans avaient été massacrés par les autorités (Hamas en 1983) sans qu’aucun musulman ne réagisse et sans qu’aucun ne me demande mon avis sur ces massacres étatiques. Des musulmans se sont fait exploser dans des hôtels jordaniens tuant des musulmans innocents qui célébraient des mariages, symboles de la vie-valeur, sans qu’aucune manifestation ne soit organisée à travers le monde, et sans qu’on ne me demande mon avis.

En Égypte, des islamistes ont récemment attaqué un village copte et ont massacré 21 paysans, sans qu’un seul musulman ne dénonce ce crime. Saddam Hussein a enterré vivants plus de 300.000 chiites et kurdes, et en a gagé beaucoup plus, sans qu’un seul musulman n’ose réagir et dénoncer ces crimes. Au plus fort des bombardements de Gaza, une femme musulmane, fidèle et pieuse, s’est fait exploser en Irak dans une mosquée chiite, tuant une trentaine d’innocents, sans que les médias ou les musulmans ne s’en émeuvent. Il y a quelques mois, le Hamas avait aussi tué onze personnes d’une même famille palestinienne, accusées d’appartenir au Fatah, sans que des manifestations ne soient organisées en Europe ou dans le monde arabe, et sans qu’aucun lecteur ne m’écrive et ne m’envoie ses protestations.

Ainsi, la vie n’a pas de valeur pour le musulman. Sinon, il aurait dénoncé toute atteinte à la vie, quelle qu’en soit la victime. Les Palestiniens et leurs soutiens dénoncent les massacres de Gaza, non pas par amour de la vie, mais pour dénoncer l’identité des tueurs.

Si le tueur était musulman, appartenant au Hamas ou au Fatah, aucune manifestation n’aurait eu lieu. (…) CNN a diffusé un documentaire sur Gaza montrant une femme palestinienne qui se lamente et crie : mais qu’ont fait nos enfants pour être tués comme ça ? Mais qui sait. Peut-être qu’il s’agit de la même Palestinienne qui se réjouissait il y a deux ans quand l’un de ses fils s’était fait exploser dans un restaurant de Tel-Aviv et qui disait souhaiter que ses autres enfants suivent le même exemple et devenir martyrs.

Mais quand l’idéologie et l’endoctrinement sont d’une telle bassesse, il devient normal que cette Palestinienne perde toute valeur à la vie. Sinon, elle pleurerait ses enfants de la même façon qu’ils se tuent dans un attentat suicide à Tel-Aviv ou sous les bombes israéliennes. Car, la mort est la même quelles qu’en soient les circonstances, et elle demeure rejetée, et au contraire, la vie mérite d’être vécue et pleurée.

Dans ce cas, comment puis-je me solidariser avec une femme qui lance les youyous de jouissance quand l’un de ses enfants se fait exploser contre les juifs, et elle pleure quand les juifs tuent ses autres enfants ? Mais l’idéologie enseigne aux musulmans que tuer ou être tué permet au fidèle de gagner le paradis. Dans ce cas, pourquoi pleurer les Gazaouis alors qu’ils n’ont pas bougé le petit doigt pour les Irakiens, les Algériens, les Égyptiens ou les Syriens pourtant musulmans ?

(…) Après ce qui précède, je suis certaine que ceux qui m’écrivent et me demandent mon avis sur ce qui se passe à Gaza cherchent à me faire dire ce qu’ils peuvent utiliser pour m’incriminer et me condamner, ou pour me faire dire ce qu’ils ne peuvent exprimer eux-mêmes.

(…) Borhane, un jeune palestinien de 14 ans, a perdu il y a une dizaine d’années ses bras, ses jambes et la vue dans l’explosion d’une mine en Cisjordanie. La communauté palestinienne aux États-Unis s’est mobilisée pour lui venir en aide et financer son hospitalisation dans l’espoir de sauver ce qui pouvait l’être. Lors d’un dîner de bienfaisance organisé à son profit en Californie, la plus riche Palestinienne des États-Unis s’est présentée en grande fourrure, et a qualifié Borhane de héros. Elle s’est adressée à ce bout de chair immobile et inerte : Borhane, tu es notre héros. Le pays a besoin de toi. Tu dois retourner dans le pays pour empêcher les sionistes de le confisquer… Mais l’hypocrisie de la Palestinienne la plus riche des États-Unis l’empêche d’envoyer ses propres enfants défendre la Palestine contre les sionistes. Exactement à l’image des chefs du Hamas qui demandent les sacrifices à Gaza, mais restent à l’abri à Damas et à Beyrouth.

(…) La guerre contre Gaza est certes une horreur. Mais elle a le mérite de dévoiler une hypocrisie inégalée dans l’histoire récente de l’humanité. Une hypocrisie qui distingue les Frères Musulmans syriens qui annoncent abandonner leurs activités d’opposition, pour resserrer les rangs contre les sionistes. Mais ces Frères musulmans ont-ils le droit d’oublier les crimes du régime commis contre les leurs à Hama, Homs et Alep ? Avant de se réconcilier avec le régime pour lutter contre les sionistes, ces Frères musulmans ont-ils dénoncé les crimes commis par leurs alliés et partenaires (dans la confrérie) en Algérie et en Irak ? Ont-ils dénoncé la mort de centaines de milliers de chiites en Irak sur le pont des oulémas à Bagdad, pulvérisé par l’un des vôtres conformément aux enseignements de votre religion de la paix et de la miséricorde ? Avez-vous une seule fois dénoncé les exactions contre les chrétiens en Irak ? Ou contre les Coptes en Égypte ?

Votre hypocrisie nous empêche de croire vos sentiments à l’égard des enfants de Gaza, puisque vous êtes responsables du pire. (…) Essayons d’imaginer ce que le Hamas aurait fait du Fatah, et des autres, s’il possédait la technologie et les armes d’Israël ? Essayons d’imaginer ce que l’Iran aurait fait des sunnites de la région, s’il détenait les armes modernes que possède Israël ? Ce serait sans doute le massacre garanti.

(…) J’ai récemment rencontré un religieux hindou en marge d’une conférence consacrée à la guerre contre le terrorisme. Il m’a dit : « toutes les guerres se sont déroulées entre le bien et le mal. Sauf la prochaine, elle doit se dérouler entre le mal et le mal ». N’ayant pas compris ses propos, je lui ai demandé des explications. Il m’a dit : « Je suis contre la présence américaine en Irak et en Afghanistan. Si les États-Unis veulent gagner la guerre contre les islamistes, ils doivent se retirer et laisser les deux pôles du mal s’entretuer. Les sunnites et les chiites étant nourris sur la haine vont se battre et se neutraliser ».

Tirant la conclusion de ces mots remplis de sagesse, on peut dire qu’Israël contribue aujourd’hui, inconsciemment, au succès de l’islam. En s’attaquant à Gaza, Israël pousse les musulmans à se solidariser et à surpasser leurs divergences. Et septembre noir en Jordanie est encore dans tous les esprits

(…). Les exactions dont sont capables les Arabes et les musulmans dépassent toute imagination. Un char jordanien avait écrasé un Palestinien, puis le conducteur du char est descendu de son blindé et a bourré la bouche de sa victime avec un journal… Un comportement qu’aucun militaire israélien n’a eu à Gaza.

Aussi, pendant les massacres de Hama en Syrie, des militants des Frères musulmans trempaient leurs mains dans le sang des victimes pour écrire sur les murs : Allah Akbar, gloire à l’islam. Je n’ai jamais entendu qu’un juif ait écrit avec le sang d’un autre juif des slogans à la gloire du judaïsme. Je le dis avec un pincement au cœur : pour sauver l’humanité du terrorisme, il faut que le monde libre se retire et qu’il laisse les musulmans s’entretuer. (…) Je me souviens quand j’étais étudiante à l’université d’Alep, et quand l’ancien ministre syrien de la Défense Mustapha Tlass était venu nous rencontrer. Dans un élan d’hypocrisie, Tlass nous avait dit qu’« Israël craint la mort et la perte d’un de ses soldats lui fait peur et mal. Mais nous, nous avons beaucoup d’hommes et nos hommes ne craignent pas la mort ». Là réside la différence entre les deux conceptions et les deux camps, et le témoignage de Tlass semble avoir inspiré les dirigeants du Hamas aujourd’hui.

Ainsi, l’extermination de tous les enfants de Gaza importe peu aux dirigeants islamistes et du Hamas, la vie n’ayant aucune valeur pour eux. Ils se réjouissent simplement de la mort de quelques soldats israéliens. Pour les islamistes, l’objectif de la vie est de tuer ou de se faire tuer pour gagner le paradis. La vie n’a donc aucune valeur. (…) Si le Prophète Mohammed savait que le Juif allait voler un jour à bord des F-16, il n’aurait pas commandé à ses disciples de tuer les juifs jusqu’au jour dernier. Mais ses disciples doivent modifier cette idéologie par pitié pour les générations futures, et pour sauver leur descendance et lui préparer une vie meilleure, loin de l’idéologisation de la mort.

Les musulmans doivent commencer par se changer, pour prétendre changer la vie. Ils doivent rejeter la culture de la mort enseignée et véhiculée par leurs livres. C’est seulement quand ils y parviendront qu’ils n’auront plus d’ennemis. Car, celui qui apprend à aimer son fils plus qu’à haïr son ennemi appréciera mieux la vie. Aussi, jamais la terre ne vaut la vie des personnes, et les Arabes sont le peuple qui a le moins besoin de la terre. Mais paradoxalement, c’est le peuple qui déteste le plus la vie.

Quand est-ce que les Arabes comprendront-ils cette équation et commenceront-ils à aimer la vie ?

Wafa Sultan
21 JUILLET 2014

#IsraelUnderFire
#IsraelUnderAttack
#WafaSultan
#HamasTerrorist
#Hamas
#Gaza
Sign Up for Free
SignUp for Idolbin
rss twitter facebook gplus